Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

Bandeau 1

ARTEHIS : Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés

Suivez-nous : Suivez nous sur FacebookSuivez nous sur Twitter

LE COZANET Thibault

Doctorant

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Thématiques de recherche

  • Âge du fer
  • Dépôt métallique non funéraire

Sujet de thèse
Immergé dans les eaux, enfoui dans la terre. Etudes comparatives du mobilier métallique provenant des contextes non funéraires de l’âge du Fer (VIIIe – Ie s. av. J.-C.)
Direction : Stefan Wirth (directeur) et Gérard Bataille (co-encadrant)

Résumé
L’étude des dépôts de mobiliers à composante métallique non funéraires aux âges du Fer (IXe – Ie s. av. J.C.) est ancienne, très marquée, notamment, par la découverte du site éponyme de La Tène en 1857 et par celle des grands sanctuaires laténiens durant le dernier quart du XXe siècle.
Cependant en France, malgré un intérêt précoce et entretenu, ce sujet fut majoritairement étudié de manière monographique ou à des échelles locales, ce qui de fait, limite les interprétations fonctionnelles de ces pratiques.
Autant les dépôts métalliques ont donné lieu à de nombreuses études pour l’âge du Bronze, autant les dépôts des âges du Fer souffrent d’un manque d’analyses synthétiques et diachroniques. Ce constat souligne la nécessité de conduire leur étude sur un vaste territoire, constitué au premier âge du Fer d’une mosaïque d’identités archéologiques, qui au fil des siècles évoluera pour devenir à la fin du second âge du Fer une entité culturelle forte, les Gaules.
Ces ensembles sont fondamentaux pour notre connaissance de ces sociétés anciennes. D’une part par les pratiques dont ils sont le reflet, d’autres part par leur omniprésence sur tous les types d’occupations et de contextes, faisant d’eux un vecteur d’information essentiel. Leur composition présente de grandes variabilités d’assemblages et de traitements, des plus simples aux plus complexes.
Leur analyse, permettra une caractérisation fine des dépôts. Il sera alors possible de mettre en évidence les dépôts rituels et d’étudier les pratiques afférentes dans une logique comparative et évolutive. Il pourra ainsi être comparé les groupes archéologiques définis d’après leurs productions matérielles, avec une territorialisation des pratiques de déposition, à même de révéler des logiques culturelles inédites. En effet, à côté des gestes funéraires, les dépôts sont les témoins les plus directs des croyances et des pratiques religieuses et sociales
L’originalité de ce projet repose sur l’intégration dans une même démarche des dépositions en milieux humides et terrestres, ce qui n’a jamais été réalisé aux échelles chronologiques et spatiales envisagées ici. En effet, la longue séquence chronologique prise compte, qui va du IXe au Ier s. av. J.-C., permettra une restitution dynamique de l’évolution de ces phénomènes. Les résultats attendus apporteront des éléments de compréhension inédits, non seulement sur ces pratiques rituelles, mais surtout sur l’organisation territoriale, socio-économique et culturelle de ces sociétés. Il sera alors possible d’élargir la réflexion à d’autres territoires mais surtout de confronter ces résultats à ceux déjà obtenus sur l’âge du Bronze.

Projet de recherche collective
2013-2016 : Collaboration à l’ANR DEPOMETAL : Base de données interdisciplinaires (archéologie/archéométrie) pour la caractérisation des dépôts non funéraires métalliques (France, fin du IVe millénaire - fin du Ier siècle av. J.-C.). Dirigé par P. Brun.

2012 : Collaboration aux ateliers funéraires et dépôts du GDRE Les Celtes en Europe, à Bibracte, les 2 et 3 février 2012. Organisée par G. Bataille, S. Marion et J. Kaurin.


Publications


{hal author="thibault-le-cozanet" /hal}

CV

2011-2012 : Master 2 Recherche en Archéologie, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne.
Sujet : Les dépôts non funéraires à composantes métalliques aux âges du Fer en France. Jury : Patrice Brun (Professeur en Protohistoire européenne à l’université de Paris I), Pascal Ruby (Maître de conférence en Protohistoire européenne à l’université de Paris I) et Gérard Bataille (Chargé des partenariats scientifiques, INRAP).

2010-2011 : Master 1 Archéologie, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne.
Sujet : Les dépôts métalliques au second âge du Fer en France. Jury : Patrice Brun (Professeur en Protohistoire européenne à l’université de Paris I), Pascal Ruby (Maître de conférence en Protohistoire européenne à l’université de Paris I) et Gérard Bataille (Chargé des partenariats scientifiques, INRAP).

2007-2010 : Licence en Histoire de l’art et Archéologie, parcours Archéologie, Université de Nantes.


CNRSfr.jpg MCC_logo.jpg Logo_inrap.gif

 

Université de Bourgogne