Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

Bandeau 1

ARTEHIS : Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés

RIBOLET Mathieu

Chercheur associé
Né le 4 mars 1989

UMR 6298 ArTeHiS
Université de Bourgogne
6 bd Gabriel 21000 DIJON

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Thématiques de recherche

  • Archéologie gallo-romaine
  • Architecture romaine
  • Étude de lapidaire
  • Décors architecturaux

Sujet de thèse :

L’architecture romaine et son décor, dans le quart nord-est des Gaules, de Marc-Aurèle aux Tétrarques
sous la direction de Daniele Vitali, professeur à l’Université de Bourgogne

Résumé :

Quelques décennies seulement après la conquête de César, le paysage architectural de Gaule connaît de profonds bouleversements, induits en grande partie par le phénomène urbain. De nouveaux monuments gallo-romains sont édifiés et s’inspirent pour partie des modèles métropolitains venus de Rome ; ceci est particulièrement valable au sujet de la décoration sculptée, qui envahit dès cette époque les édifices publics et privés.

L’étude de la décoration architecturale gallo-romaine souffre encore aujourd’hui d’un certain nombre de lacunes, notamment dans le nord-est des Gaules. Ce constat est d’autant plus valable à mesure que l’on s’éloigne de l’époque julio-claudienne ; si l’architecture des Ier et de la première moitié du IIe siècles de notre ère est relativement bien connue, il n’en est pas de même pour les décennies suivantes. Hormis quelques publications sporadiques, très peu d’études ont été consacrées aux décors des époques « tardives ».

Ce travail de thèse se donne pour objectif d’étudier de façon assez large le décor architectural romain, pour la période allant du règne de Marc-Aurèle jusqu’à l’avènement de la Tétrarchie. La zone géographique, le quart nord-est des Gaules est, à dessein, très large. Elle sera restreinte par la suite, en fonction du corpus qui pourra être constitué.

Les problématiques soulevées par un tel sujet sont plurielles. Il s’agit d’une part de caractériser la création architecturale de la fin du IIe et du IIIe siècles pour les bâtiments publics ou les monuments privés et d’observer ainsi quels décors sont les plus répandus et sous quelle forme ils sont reproduits. Il s’agit également de cerner l’évolution chronologique des motifs ornementaux et également d’observer les influences artistiques et la circulation des cartons utilisés par les lapidarii. Cette dernière question est d’autant plus importante que le milieu du IIe siècle est une époque de changements ; d’avantage que Rome, il semble que ce soient désormais les provinces rhénanes qui influencent la création architecturale.


Publications



Enseignements

  • Archéologie et Histoire de l’art du monde romain (L1 – L2)
  • Encadrement de stage de terrain (L2)

CV

  • Depuis octobre 2012 : Doctorant à l’Université de Bourgogne
  • 2010 – 1012 : Master Mondes Anciens et Médiévaux, spécialité « Histoire et archéologie des mondes antiques », à l’Université de Bourgogne
  • 2007 – 2010 : Licence archéologie et Histoire de l’art à l’Université de Bourgogne


CNRSfr.jpg MCC_logo.jpg Logo_inrap.gif

 

Université de Bourgogne