Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

Bandeau 1

ARTEHIS : Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés

ROY Thomas

Doctorant

Né le 12 octobre 1983

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Thématiques de recherche

Sujet de thèse :

Rémunérations et travail, à Dijon et dans sa campagne à la fin du Moyen Age.
sous la direction de Martine Clouzot (Pr. Université de Bourgogne – UMR ArTeHiS)

Projet de thèse :

Mon intérêt porte sur l’histoire économique du bas Moyen Age qui a été relativement délaissée ces trente dernières années. Les analogies avec la situation économique contemporaine, l’apport de l’anthropologie et de l’informatique permettent de renouveler son questionnement. La fin du Moyen Age est une période soumise à des mutations structurelles où les échanges et la monétarisation deviennent omniprésents, sans pour autant être déterminants. Dans ce contexte, la question ses rémunérations au Moyen Age s’intègre profondément dans ce renouvellement historiographique. Ce sujet classique de l’histoire médiévale dont les enjeux sont considérables, a été abordé de nombreuses façons et depuis plus d’un siècle, le plus souvent en recueillant les données par bricolage des sources, dans une perspective pratique d’études de l’évolution économique de ce qu’on appelle la longue histoire, dans celles du processus d’industrialisation et d’émergence du capitalisme ou celle plus terre-à-terre d’évaluation des niveaux de vie. Cependant, bien avant d’interpréter les données sérielles des rémunérations, une réflexion préalable doit être réalisée sur les sources, sur les innombrables façons de rémunérer et sur leurs représentativités au sein de la société médiévale. La signification sociale et économique des salaires médiévaux échappe encore en grande partie aux historiens. Notre thèse voudra se placer dans une articulation entre la théorie du « justum pretium », l’échange sociale de celui qui donne et celui qui reçoit et le développement de l’économie à la fin du Moyen Age.

Dijon et sa campagne alentour présentent un bon terrain de recherche. Les archives départementales de Côte-d’Or et celles de la municipalité dijonnaise ont conservé une énorme masse de documents comptables, notariaux et autres documents de la pratique qui permettent d’observer les rémunération dans un contexte large. Les comptes ducaux, dans le cadre seigneurial, montrent des rémunérations offertes à un éventail large de personnes travaillant pour le duc de Bourgogne. Ils décrivent et payent des rémunérations différemment selon qu’elles concernent son personnel d’hôtel, ses officiers, ses administrateurs et l’ensemble des ouvriers chargés d’entretenir le domaine. Différents chantiers de construction pourront être étudiés en plus des domaines viti-vinicoles qui se sont déjà révélés être un terrain privilégié d’observation de l’économie du bas Moyen Age. Dans les actes notariaux, sont inscrits directement les contrats de travail et d’apprentissage signés entre l’employeur et l’employé, décrivant des engagements plus libres et dans un langage moins institutionnalisé et systématique. Aussi, le discours théologique et les pratiques de rémunération observés au sein des abbayes urbaines de Saint-Etienne et de Saint-Bénigne seront pris en compte dans cette société cadrée par l’Eglise. Les minutes de délibération de la commune de Dijon et les constructions engagées au sein de la ville pourront également offrir des perspectives concernant les embauches et le choix de travailleurs. Chronologiquement, les sources disponibles apparaissent au début du XIIIe siècle, d’abord timidement, puis plus abondement après 1350 pour devenir très riches jusqu’à la fin du XVe. Géographiquement, les observations peuvent être faites à Dijon et dans sa campagne environnante. Bien que la ville soit de taille modeste, les échanges sont intenses et permettront de réfléchir en terme de bassin de travail. Ce croisement de données, nous l’espérons, donnera l’occasion d’appréhender ce que représentaient les salaires dans les relations de travail de la fin du Moyen Age, moins économiquement que socialement.


Publications


{hal author="thomas-roy" /hal}

CV

  • 2012-... : Doctorant en histoire médiévale à l’Université de Bourgogne
  • 2011-2012 : 1er cycle en mineure d’Anthropologie à l’Université de Montréal
  • 2008-2010 : Master d’Histoire médiévale à l’Université de Montréal Sujet de mémoire : La châtellenie de Chaussin, organisation, économie, société, 1370-1430 sous le direction de Vincent Tabbagh
  • 2002-2008 : Licence d’Histoire à l’Université de Bourgogne


CNRSfr.jpg MCC_logo.jpg Logo_inrap.gif

 

Université de Bourgogne