Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

Bandeau 1

ARTEHIS : Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés

Dynamiques de production matérielle. Constructions, productions et circulations des biens et des objets de consommations

Coordinatrices : Ariana Esposito et Maréva Gabillot

cera chassey001a copie 2  Fig. 2 copie 3  DSCN0082 copie 2 


Cet axe diachronique vise à penser de manière globale la chaîne opératoire de fabrication des produits, des objets usuels et artistiques, et les conséquences sur la mobilité des communautés humaines que ses contraintes techniques et culturelles leur imposent. Il s'agit d'analyser en détail les choix que les populations humaines font face à l'inégalité de répartition géographique des ressources naturelles. Cette inégalité pousse les individus à se déplacer, ce qui crée des réseaux de contacts et d'échanges de nombreuses natures ; ainsi, les mobilités sont d'ordre technique (importation de matière première par exemple), mais aussi d'ordre immatériel (circulation des idées et des savoir-faire). Avec en toile de fond commune l'analyse du couple homme / milieu, envisagé dans l’axe Fabrique du paysage, les programmes de cet axe envisagent d'étudier le fonctionnement de diverses études de cas par l'analyse des objets eux-mêmes, des matériaux sources et des réseaux de circulation. Cet axe résolument interdisciplinaire et faisant appel à une large période allant de la fin de la Préhistoire au Moyen-Âge et à des modèles répartis sur trois continents (Europe, Asie, Afrique) se mettra en place par la synergie entre l'archéologie, l'histoire, l'histoire de l'art, la géologie, la chimie, la physique des matériaux, et la géostatistique.

 

Programmes de recherche de l'axe

 

Le nouveau programme Mobilités professionnelles de l’Antiquité au Moyen-Âge (A. Esposito et P. Kossmann) s’inscrit dans deux tendances récentes des études sur les sociétés antique et médiévale européennes. La première incite les historiens à délaisser la perspective globale sur la société, pour se concentrer sur l’étude de groupes supposés homogènes (par exemple les élites, ou les esclaves). La seconde s’intéresse à la notion de connectivité, en particulier dans le bassin méditerranéen. Il s’agira d’analyser et comprendre les mouvements auxquels sont sujettes ce que nous appelons des catégories socio-professionnelles (soldats et mercenaires, artisans, musiciens, main-d’œuvre spécialisée...). Leur mobilité apparaît à la fois sociale et spatiale. Les membres de ces groupes pouvaient en effet avoir besoin, pour exercer leur profession, de se déplacer vers les régions où leur compétence était nécessaire. Ces déplacements engendraient des échanges et une transmission des savoir-faire, mais aussi, quelquefois, des phénomènes d’intégration.

Le programme La pierre, matériau culturel (J.-P. Garcia et F. Delencre) interrogera la naturalité (en tant que ressource géologique) et la culturalité (marqueur des choix d’un groupe social) de la pierre à bâtir, matériau traité surtout pour ses économiques et techniques jusqu’à présent. Associant les analyses de l’archéologie du bâti, de l’histoire, des systèmes d’information géographiques, et de la géologie, exploitant notamment le dernier «Atlas de la Pierre en Bourgogne» construit sur le précédent contrat, ce programme poursuivra les thèmes élaborés pour différentes périodes: l’appropriation des matériaux et les styles de constructions régionaux gallo-romains, une anthropologie de la pierre médiévale (structures bâties cisterciennes, pierre
tombales ...).

Dans le cadre de l’Etude du matériel métallurgique (S. Wirth) ont été regroupés les projets que l’on peut qualifier de « techniques » (analyses chimiques, extraction du métal, fabrication...), mais aussi liés à la mise en œuvre de typologies, ou à l’analyse artistique et stylistique des objets en métal. Ainsi la Caractérisation chimique de la métallurgie dans l’Est de la France au Bronze moyen correspond à un PCR demandé pour 2015 (M. Gabillot). Le travail mené sur la Bourgogne /Franche-Comté permettra d’envisager des comparaisons de la recette métallurgique avec l’Ouest et le Centre de la France, et par là-même, de mettre en évidence l’identification de groupes culturels par l’analyse morphométrique des objets. L’analyse des Sites miniers en cHaut-Morvan, apport topographique sur les 10 communes autour de Bibracte-Mont Beuvray (G. Hamm) sera poursuivi, l’inventaire en ayant été dressé lors du précédent quinquennal. Le projet portant sur La métallurgie dans le massif ardennais (M. Pieters) est en cours de montage et devrait débuté en 2016, en collaboration avec le GEGENA2 de l’Université de Reims. L’ Etude techno-typologique des épées à manche massif de l’Âge du Bronze (S. Wirth) sera liée à l’établissement d’une base de données de ces productions datant de la période du XVe au IXe s. av. n.è. dont la partie orientale de la zone de répartition. Des analyses radiographiques, voire densitométriques, effectuées sur des armes conservées notamment dans des collections du Grand-Est, nous permettront d’accéder à un potentiel inédit dans ce domaine. Dans le cadre de ce projet, un sujet de thèse sera proposé en 2017.
Un second volet est davantage consacré aux aspects stylistiques, avec une exposition à Nuremberg en 2017 sur La vaisselle métallique à l’âge du bronze. Ils seront aussi envisagés dans le cadre de la transmission des modèles, avec Le phénomène du mimétisme dans la production humaine ; une rencontre internationale et interdisciplinaire permettra à des spécialistes de toutes les périodes, mais aussi à des économistes, à des éthologues, théoriciens du design ... de réfléchir sur ce thème.

Un programme portant sur Production et reconstitution de la parure féminine au bronze final (S. Wirth) envisagera la reconstitution du costume (funéraire) et l’interprétation des codes vestimentaires du Bronze final à la lumière des découvertes récentes, notamment en France et en Allemagne. Une enquête menée sur les garnitures de parure vestimentaire attestées dans des dépôts métalliques et en contexte funéraire, entre les plaines préalpines de Bavière et le bassin versant du Rhône, donnera contour aux femmes longtemps « masquées» par l’omniprésence de la mise en scène du corps masculin de cette époque, qualifiée de «guerrière» par les spécialistes (masculins).

Quelques projets permettront de diversifier les régions d’étude, et permettront d’établir des comparaisons, avec la
Métallurgie du Levant (F. Cattin), projet en cours d’évaluation pour l’obtention d’un financement européen ERC-Starting Grant, ou Les ruines de Loropéni (Burkina Faso) (F. Monna) ; le site dont les niveaux les plus anciens à ce jour datent du XIe siècle, ont été récemment classées au patrimoine mondial de l’UNESCO. De nombreuses mines d’or ont été exploitées tout au long du dernier millénaire dans la région. Enfin, un programme regroupe les projets portant sur Le mobilier quotidien, en particulier le PCR Le vaisselier du Ve au XIIe siècle sur les sites de consommation en Franche-Comté sur la vaisselle (céramique, bois, verre, pierre ollaire) étudiée en fonction des critères de datation, de leur utilisation et de leur diffusion.

CNRSfr.jpg MCC_logo.jpg Logo_inrap.gif

 

Université de Bourgogne