Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

Bandeau 1

ARTEHIS : Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés

Fabrique du paysage. L’homme acteur et héritier de son environnement sur le temps long

Coordinatrices : Annie Dumont et Amélie Quiquerez

DSCN0004 copie 2  VPII fouilles dans le GH3 copie 3  DSCN0042 copie 2 

Dans le cadre de cet axe, nous proposons de réfléchir aux différents éléments de construction du paysage et à leur transformation sur le long terme depuis la préhistoire jusqu'à l'actuel par l’analyse de ses formes héritées du passée. Le mot « paysages » comprend ici deux significations :

1) le sens géoarchéologique du terme : on cherchera à comprendre comment l’homme agit sur son environnement dans différents milieux (forêt, plaines alluviales …) et comment il s’adapte aux changements climatiques et évolutions sociétales.

2) Le deuxième sens du mot paysage est la signification culturelle du terme : en quoi l’interaction de l’homme avec son environnement ont pu influencer la création humaine : cela peut concerner des aspects pratiques de la vie quotidienne ainsi que le domaine de l’art ou encore de grandes questions de Société comme la définition des normes ou les pratiques religieuses. L’étude et l’analyse de ces phénomènes sur la longue durée permet de les considérer sur un autre plan que celui, souvent privilégié aujourd’hui, de l’instantanéité.

Cet axe aura des liens forts avec les axes Ritualiser, croire et le montrer et Dynamiques de production matérielle. Ce projet d’équipe s’appuie sur les compétences reconnues des chercheurs de l’UMR en Sciences humaines et sociales ainsi qu’en Sciences de l’environnement : historiens, archéologues, géoarchéologues, paléobotanistes, sédimentologues, historiens de l’art …. Ces travaux se placeront à un niveau de référence national et international grâce aux nombreuses collaborations déjà mentionnées avec des laboratoires de la COMUE, notamment avec le laboratoire de Chrono-environnement de Besançon, des MSH, et de plusieurs organismes de recherche et d’enseignement français et européens (Allemagne, Suisse, Tchéquie, Irlande, Italie, Autriche).

Les recherches nécessitant une forte composante d’analyses spatiale des territoires bénéficieront de l’appui de la plateforme technologique inter-régionale GEOBFC, coordonnée par la Maison des Sciences de l’Homme de Dijon, et la Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement N. Ledoux de Besançon.

Cette réflexion autour de la fabrique des paysages sera étendue à la transmission des créations humaines : comment les vestiges du passé parviennent jusqu’à nous ? Quel est le devenir de ces créations produites par nos ancêtres ou de ce qu’il en reste ? Quelles sont les structures patrimoniales résiduelles ? Quelle place leur réservons-nous dans nos sociétés actuelles ? A cette réflexion seront associés nos différents partenaires des musées : Chalon-sur-Saône, Dijon, Bibracte, Sens, Châtillon-sur-Seine, …

Cet axe se structure autour des principaux programmes de recherche suivants dont les objectifs sont d'étudier la dynamique d'occupation des espaces mais aussi les traces et les effets de cette anthropisation sur le temps long dans les paysages actuels.

Programmes de recherche de l'axe

 

Ce programme s’appuie sur une approche pluridisciplinaire pour la compréhension de la construction des   terroirs de la Bourgogne viticole : l’espace de Beaune à la Colline de Corton où interagissent un espace urbain et un espace viticole pourtant réduit, concentre toute la gamme des appellations depuis les régionales jusqu’aux grands crus blancs qui coexistent avec les grands crus rouges ; il s’ouvre vers les Hautes-Côtes et finit dans des vignobles de plaine. Il concentre aussi un bon nombre de sources archéologiques, historiques et des résultats acquis (géologie, pédologie, climatologie, toponymie, grand et petit patrimoine bâti) et à développer (biodiversité des sols). Fédérant plusieurs équipes de recherche du campus dijonnais, c’est l’un des programmes du thème principal « La construction de la qualité des vins » du pôle « Bourgogne-Vignes-Vins de l’Université de Bourgogne, Conseil régional et de la filière viti-vinicole du groupe thématique « Vigne et Vin » de la MSH Dijon.

Il s’agit d’analyser les héritages des pratiques anciennes sur la naturalité d’un espace vivant actuel (notamment forestier), avec la mémoire des sols, les impacts sur la biodiversité actuelle en recherchant les parcellaires et les traces d’activités humaines conservées sous forêt à partir de l’imagerie LIDAR, associées aux SIG, prospections archéologiques, données textuelles et cartographiques, analyses paléoenvironnementales des sols forestiers. Ces héritages sont perceptibles dans la construction des paysages anciens sous forêt, qui fondent pour partie leur valeur patrimoniale. Ce programme comprend un volet centré sur une thèse financée (partenariat ONF) « Ecodynamique d’un espace forestier (forêt de Val-Suzon) et des activités humaines sur le temps long ». Il intègre les recherches fondées sur les prospections archéologiques des espaces forestiers du Châtillonnais, du Haut Val-Suzon, et des Hautes Chaumes foréziennes

Ce programme traite de l’anthropisation des cours d’eau sur la longue durée. Il associe des recherches archéologiques subaquatiques et terrestres dans différents cours d’eau (Charente, Doubs, Saône, Loire), ou sur des sites localisés à des confluences comme Autun. Ces données seront complétées par des recherches en archives et des études paléo-environnementales dans les paléo-chenaux afin de déterminer la part d’influence climatique et/ou anthropique sur l’évolution des hydrosystèmes. Un projet sur les ports fluviaux antiques et médiévaux initié en collaboration avec l’Université de Jena (Allemagne) débutera en 2016 pour une durée de 3 ans.

Les objectifs principaux de ce projet sont de mieux comprendre les transferts sédimentaires qui s’opèrent à depuis l’échelle de la zone côtière à son bassin versant en contexte de changement climatique actuel et passé, pour définir les éventuelles rétroactions entre l’action de l’homme, la transformation du paysage et la dynamique sédimentaire. Ces travaux seront réalisés à partir de la position du trait de côte, d’indices archéologiques, géologiques et historiques à une échelle de temps pluri décennale à séculaire

Les sites de hauteur sont des zones particulières que les hommes ont occupées parfois sur la très longue durée. Bénéficiant d’atouts mis en valeur, ou nécessitant des aménagements adaptés afin de rendre possible la présence humaine, leur spécificité, leur transformation et les traces de ces occupations passées sont envisagées dans le cadre de diversprojets en Normandie, en Franche Comté et en Bourgogne, notamment à Vix, sur une période allant de l’Age du Bronze au Moyen Age.

Ce PCR a pour objectifs de préciser l’attribution chrono-culturelle des sites, d’analyser l’évolution technologique, les matières premières, et l’évolution symbolique de ces sociétés.Ce projet sur le Paléolithique permet d’envisager sur la très longue durée, l’occupation humaine en Bourgogne méridionale

 

Les chercheurs de l'axe

Balland Vincent
Bizri Mélinda
Chenal Thomas
Chopelain Patrick
Dumont Annie
Durost Raphael
Enia Florin Alexandru
Faucher Frank
Foucher Marion
Garcia Jean-Pierre
Grillon Guillaume
Kasprzyk Michel
Lamotte Didier
Landois Rémi
Langry-François Fabien
Lecornué Johan
Maigrot Jean-Louis
Marchaisseau Vincent
Martineau Rémi
Monna Fabrice
Pautrat Yves
Piningre Jean-François
Quiquerez Amélie
Saligny Laure
Steinmann Ronan
Treffort Jean-Michel

CNRSfr.jpg MCC_logo.jpg Logo_inrap.gif

 

Université de Bourgogne