Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

Bandeau 1

ARTEHIS : Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés

Suivez-nous : Suivez nous sur FacebookSuivez nous sur Twitter

FORMATION

L’UMR et la formation des étudiants

Une partie non négligeable des membres d’ARTEHIS est constituée des enseignants-chercheurs de l’Université de Bourgogne, relevant d’une part de l’UFR de SHS (département d’histoire et département d’histoire et d’archéologie), et d’autre part de l’UFR des Sciences Vie, Terre et environnement. C’est aussi bien un niveau de la Licence, que des Masters et de l’encadrement doctoral que l’UMR participe à la formation.

Licence

En Licence, les étudiants en archéologie passent par deux stages proposés par l’UB, dans le cadre d’une UE de Licence 2 et dans le cadre d’une UE Licence 3, les deux obligatoires.

En L2 il s’agit d’un stage d’observation. A l’issue du stage, les étudiants sont évalués sur la base d’un questionnaire et leur note compte dans l’obtention de leur module « Méthodes de l’Archéologie ».

En L3, au premier semestre, la durée effective du stage est de dix jours ouvrables. Il donne lieu à un rapport d’environ 10‐20 pages. Le stage est évalué par un maitre de stage et noté par un enseignant de l’université.

Au second semestre de la Licence 3, l’étudiant rédige un Projet Personnel Professionnalisant (P.P.P). Cette démarche a pour but d’inciter les étudiants de L3 à se projeter dans un avenir professionnel, à y réfléchir et donc à se documenter et à envisager les possibilités et les moyens nécessaires pour parvenir à s’insérer dans le monde du travail. Encadrés par un enseignant référent et en contact avec les permanents du projet de recherche en cours, les étudiants se familiarisent avec les techniques fondamentales de la discipline.

Les étudiants de Licence de Sciences Vie, Terre et Environnement (LSTE), bénéficient d’une option « archéologie » en Licence 2 (cours dispensés à l’UFR de Sciences Humaines) et pour les étudiants intéressés de Licence 3, d’un module optionnel (50 h) « Archéosciences-Géo-archéologie » leur permettant de découvrir les enseignements principaux du master Archéo-Géo-Sciences (AGES) : géoarchéologie, archéologie environnementale, relevés de terrain, prospection géophysique …

Master

L’UMR ARTEHIS est étroitement associé aux Masters proposés par l’UFR de SHS et l’UFR Sciences Vie, Terre et environnement.

Il s’agit d’une part du Master MAMTEP (B. Lemesle) qui associe historiens, historiens de l’art et archéologues, de la protohistoire à l’époque médiévale. Trois parcours sont mis en œuvre : ACTE-Archéologie, culture, territoires, environnement (S. Wirth) qui conjointement avec Besançon (Em. Gauthier, Chrono-Environnement) et en coopération avec les Universités suisses de Fribourg et de Neuchâtel, propose une formation de recherche dans les disciplines chrono-culturelles et en paléo-environnement et archéologie spatiale ; HAMA-Histoire et archéologie des mondes anciens (H. Duchêne, du centre G. Chevrier) qui rassemble les antiquisants et EM-Etudes médiévales (M. Clouzot). D’autre part, le Master AGES-Archéo-Géosciences (J.-P. Garcia et A. Quiquerez) propose à des étudiants formés en Licence en Sciences de la terre d’aborder l’archéologie, et, à des étudiants issus de l’archéologie de se former en sciences et techniques de l’environnement, dans le cadre d’une formation à la recherche et en même temps professionalisante.

Dans le cadre de la formation dispensées, les étudiants de Master sont associés aux travaux menés dans les axes de l’UMR : ainsi dans la maquette de EM, sont prévus des séminaires de spécialité (U3 3 insertion dans les axes de recherche) associés aux axe Norma (B. Lemesle) et aux sous-axes Corpus (M. Clouzot) et Epistémologie (D. Russo) pour lesquels les étudiants ont à fournir un compte-rendu : ils participent directement aux séminaires. De plus, ils sont bien entendu invités aux journées d’études organisées par les responsables de programme, comme celles de Normes et gouvernement. Dans le cadre de HAMA, les Master 1 et 2 sont invités à participer aux séminaires de Politeia, en particulier ceux des programmes Identités et Espaces publics. Un séminaire commun HAMA-EM, organisé dans le cadre de 4 journées annuelles, permet de développer certains des projets de recherche initiés dans les programmes de l’UMR : on peut mentionner par exemple les séminaires Ecrit dans la ville, coordonnés par S. Lefebvre et D. Russo, ceux autour de Homo faber. Les statuts des métiers dans l’Antiquité et au Moyen Âge, organisés par et M. Clouzot, P. Kossmann et D. Vitali.

Dans le cadre d’ACTE, la formation combine l’intervention d’acteurs actuels de la recherche afin de mettre les étudiants en contact avec les réalités de terrain (paléo-environnementaliste, spécialiste du SIG ...), et des séminaires de recherche thématiques qui sont proposés aux étudiants, animés par des membres de l’UMR (axes Norma, Impacts, Oikonomia …) et des chercheurs venus d’autres horizons. Un enseignement spécifique d’initiation en techniques d’archéologie préventive est dispensé par les collègues de l’INRAP dans leurs locaux, situés près du Campus de l’UB. Des journées de travaux pratiques se déroulent au Musée archéologique de Dijon (gestion des collections, inventaires ...) grâce à la collaboration de l’équipe de conservation dont C. Vernou, conservateur en chef et associé à l’UMR. A ce niveau, une initiation aux techniques de prospection et à d’autres techniques de terrain (magnétométrie …) sont proposées en coopération avec le centre archéologique de Bibracte, les fouilles menées par le service archéologique municipal d’Autun, et dans le cadre des projets de recherche menées par Chrono-Environnement dans Haut-Jura. Chaque étudiant prépare également un projet personnel de recherche en parallèle avec sa formation en Master 2 qui peut prendre la forme d’un second stage ou de toute activité professionalisante : ces diverse expériences sont présentées lors d’un forum rassemblant l’ensemble de la promotion, ce qui permet aux étudiants de s’habituer à des présentations menées en public.

Tous les étudiants de MAMTEP ont enfin l’obligation de mener à bien un stage de 60 heures (15 jours) en Master 2, dans un organisme lié aux activités patrimoniales, aux métiers de l’archéologie, afin de se projeter dans une réflexion sur le projet professionnel.

Au sein du Master ETEC, la spécialité Archéo-Géo-Sciences (AGES) a pour objectif de former des étudiants ayant une double compétence en archéologie et en sciences de l’environnement sur les thèmes de l’anthropisation de l’environnement, des impacts paléoenvironnementaux, des paléo-risques. Cette formation de Master vise à apporter les connaissances et compétences archéologiques fondamentales à des étudiants issus de Licences « scientifiques »: grandes phases culturelles, géoarchéologie, archéologie spatiale ; de même, la formation proposée complète le profil d’étudiants issus des parcours archéologiques par ses enseignements en sciences et techniques de l’environnement : prospections géophysiques, SIG, géoarchéomatériaux, méthodes physiques, chimiques et biologiques pour l’environnement. La spécialité professionnelle AGES est reconnue depuis 20 ans pour avoir formé bon nombre de cadres de l’archéologie préventive en activité ainsi que des spécialistes en archéosciences/géoarchéologie intégrés dans les organismes publics et les sociétés privées.

Les chercheurs et enseignants-chercheurs de l’UMR ArTeHiS, ainsi que les archéologues de l’archéologie préventive (INRAP) de l’UMR sont sollicités dans les modules spécifiques (archéologie de terrain et archéologie préventive), dans les enseignements de spécialités (archéozoologie, thanato-archéologie, archéologie du bâti, géoarchéologie, archéo-matériaux, archéologie du champ) et lors de leurs expériences de recherche (études de cas). Un stage de terrain eu Centre archéologique européen du Mont-Beuvray (Bibracte) en M1 et, en M2, l’insertion dans un chantier en cours de l’UMR (sites fluviaux, sanctuaire des sources de la Seine, Forêt de Val-Suzon), associent l’enseignement pratique aux problématiques réelles de recherche en association avec les chercheurs de l’UMR concernés chaque année.

En Master 2, au semestre 2, les étudiants effectuent un stage dee 4 à 6 mois dans diverses structures d’accueil (UMR ARTeHIS, INRAP, Archéodunum, dans d’autres UMR françaises ou équipes d’accueil étrangères).

Dans le cadre du prochain quinquennal, les maquettes proposées pour la formation en Master indique encore plus clairement le lien avec les deux équipes de recherche ArTeHiS et Centre George Chevrier. Le Master ASA-Archéologie, Sciences pour l’Archéologie sera construit en commun dans le cadre de l’Université de Bourgogne-Franche-Comté, avec l’UMR Chrono-Environnement, en maintenant les liens très forts avec les Universités suisses de Fribourg et Neuchâtel, auquel s’ajoutera l’Université de Lausanne. Il réunira les anciennes spécialités ACTE et AGES, dont le profil sera maintenu sous forme de parcours initié en Master 1, auquel s’ajoutera une formation fortement professionnalisante en Archéologie du bâti, et les trois parcours seront individualisés en Master 2.

Quant aux étudiants d’histoire et d’histoire de l’art, inscrit dans un Master Histoire, Civilisation, Patrimoine, ils bénéficieront en Master 2 de séminaires proposés par les enseignants chercheurs rattachés aux deux équipes de recherche dijonnaise. Ainsi plusieurs journées de séminaire rassemblant antiquisants et médiévistes seront organisées chaque semestre, permettant de aux étudiants de se familiariser avec les programmes de recherche d’ARTEHIS.

Formation doctorale

Outre des formations proposées par l’ED Lisit et l’ED LETS de Besançon, comme par exemple une formation en anglais professionnel destinée à améliorer l’écriture d’articles, ou en statistiques, en SIG …., formations qui réunissent des étudiants d’horizons variés, les doctorants inscrits dans de l’UMR, participent aux séminaires proposés dans le cadre des axes, présentant l’évolution de leurs travaux . On peut signales des interventions dans le cadre de Outils de la recherche (Corpus) ou de Norma, voire même un séminaire doctoral organisé dans le cadre de Politeia, programme Identités.

Les doctorants d’ARTEHIS ont fondé en 2012 le séminaire doctoral DOKIMA- Séminaire doctoral d’investigation des mondes anciens [www.dokima. hypothèses.org]. La collaboration effective avec les doctorants de Besançon, en 2013, se traduit par des réunions alternativement organisées à Dijon et à Besançon, autour d’un thème semestriel.

Une journée d’étude en novembre 2013 a pu être organisée suite à un appel à communication national destiné à toutes les école doctorales au profil identique, en plus des sites habituels (Calenda, la Sophau, ….). La thématique, Interroger les sources : croisement, gestion et méthode, a rassemblé dix communicants, du néolithique à l’époque médiévale, venant de Paris, Lille, Toulouse, Lyon, Nancy ….. L’introduction était assurée par S. Lefebvre et la conclusion par D. Russo. Une publication numérique est envisagée, tous les textes ayant été rendus.

CNRSfr.jpg MCC_logo.jpg Logo_inrap.gif

 

Université de Bourgogne