Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

Bandeau 1

ARTEHIS : Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés

Suivez-nous : Suivez nous sur FacebookSuivez nous sur Twitter

Monastère Saint-Pierre d’Osor / printemps 2014 Collaboration croato-française

fig. 2 copie 7Responsables : Sébastien Bully (UMR ArTeHiS), Miljenko Jurković (université de Zagreb-centre IRCLAMA), Morana Čaušević-Bully (École française de Rome), Iva Marić (université de Zagreb-centre IRCLAMA)
Participation de : Laurent Fiocchi, Tonka Kružić, Ivan Valent, Inès Pactat, Brunilda Bregu, Matthieu Le Brech en partenariat avec aIPAK/APAHJ
Dates de chantier : 12 mai au 20 juin 2014
Financements : ministère de la Culture croate, ministère des Sciences croate, École française de Rome, Caritas veritatis foundation

 

 

fig. 1 copie 8

 

Le site :

Le monastère bénédictin Saint-Pierre d’Osor, sur l’île de Cres, aurait été fondé au début du XIe s. par saint Gaudentius, évêque de la cité. Engagée depuis 2006, la fouille programmée répond à plusieurs objectifs : il s’agit de comprendre les modalités de l’installation du monastère dans un contexte urbain – d’origine protohistorique et antique – et d’étudier une topographie monastique qui doit tenir compte à la fois des contraintes urbaines, mais également de constructions antérieures, peut-être déjà religieuses. L’analyse archéologique des vestiges de l’ancienne abbatiale Saint-Pierre complète les études d’histoire de l’art afin de préciser la datation d’un édifice considéré comme insigne pour l’architecture romane dans la région et révélateur des échanges et influences avec la côte adriatique occidentale. Les méthodes employées sont celles de l’archéologie du sous-sol, du bâti et les prospections géophysiques.

 

fig. 2 copie 7 fig. 3 copie 5

 

Objectifs et résultats :

La neuvième campagne de fouille programmée du monastère Saint-Pierre d’Osor a permis d’achever la fouille du cimetière monastique et du mausolée établit sur le flanc sud de l’église abbatiale. Des datations C14 des IXe-Xe s. obtenues sur certaines inhumations nous assurent désormais que l’espace funéraire et le mausolée sont antérieurs à la fondation « officielle » du monastère vers 1018. Entre les XIe et XIVe s., les trois formae du mausolée et les six tombes maçonnées – d’une seconde phase – accueillirent plus d’une centaine d’inhumations, essentiellement masculines. La fouille a porté également en 2014 sur l’église réduite moderne, dont la surface correspond à une partie de la nef centrale et du bas-côté nord de l’église romane. Des tombes privilégiées en cercueil ou dans des caveaux maçonnés, ont également été mises au jour ; des dépôts de fioles en verre dans les tombes pourraient indiquer des inhumations de prêtres. La fouille de l’église a encore révélé les vestiges d’une barrière de chœur, des niveaux de sols et des structures antérieures dont l’exploitation se poursuivra en 2015. Un second sondage, ouvert dans l’aile sud du cloître, a mis au jour les vestiges particulièrement bien conservé d’un sol de mortier – du réfectoire ? Le cloître de Saint-Pierre d’Osor figure désormais parmi les rares cloîtres bénédictins romans connus en Croatie.

Depuis cette année, le site fait l’objet de travaux de restauration et de mise en valeur dans le cadre de la création d’un parc archéologique. La maîtrise d’ouvrage est assurée par la Ville de Mali Losinj, sous le contrôle du ministère de la Culture (Surintendance de Rijeka), à partir d’un cahier des charges défini par l’équipe archéologique. Une première tranche de travaux a porté cet automne sur le bas-côté sud de l’église et le mausolée.
La campagne 2015 sera consacrée à l’achèvement de la fouille de l’église abbatiale romane dans l’emprise de l’église tardive et à l’engagement de la fouille de son vestibule découvert en 2006.

 

fig. 4 copie 3 fig. 5 copie

 

Lien :
BULLY (S.), JURKOVIĆ (M.), MARIĆ (I.) et ČAUŠEVIĆ-BULLY (M.), « Monastère Saint-Pierre d’Osor (Croatie, île de Cres). Bilan de la mission franco-croate 2014 », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome, mise en ligne en 2015 sur http://cefr.revues.org/

CNRSfr.jpg MCC_logo.jpg Logo_inrap.gif

 

Université de Bourgogne