Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

Bandeau 1

ARTEHIS : Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés

Suivez-nous : Suivez nous sur FacebookSuivez nous sur Twitter

Fouilles d’Albinia (Italie) / Campagne 2014

albinia 5 copie accueilResponsable scientifique : Daniele Vitali
Partenaires : Université de Bologne-Italie ; Soprintendenza ai Beni archeologici della Toscana ; Comune di Orbetello (Grosseto) ; Università di Siena- Italie ; Università di Genova ; Ecole Française de Rome ; Collège de France-Paris ; Centre Archéologique européen de Bibracte ; UMR 6298 ; UMR 5608 TRACES Toulouse / Inrap ; Région Bourg

 

Soutiens :
L’UMR 6298 ArTeHiS et le programme FABER de la Région Bourgogne ont soutenu jusqu’à l’année dernière quelques étapes complémentaires de ce programme :
 dossier préliminaire des timbres amphoriques
 homogénéisation des listes des unités de fouille.
Le Centre Archéologique Européen de Bibracte s’est chargé aussi d’autres tâches concernant ce dossier : mise en forme de la plus grande partie de la cartographie de la fouille.
Notre objectif est celui de reprendre de manière frontale le dossier et continuer l’emprise jusqu’à son achèvement.

Entre 2000 et 2009, dix campagnes de fouilles archéologiques se sont déroulées sous ma direction dans l’atelier romain d’amphores découvert à Albinia, en province de Grosseto (Toscane), sur la côte tyrrhénienne, à une dizaine de kilomètres à vol d’oiseau de la colonie romaine de Cosa.
En 2004 et 2005, un programme de recherche national avec plusieurs partenaires universitaires et d’autres institutions scientifiques concernées, s’est déroulé en Italie, sous ma direction ( "Fabbricanti di anfore e produttori di vino : archéologie ed economia del vino tra l’Etruria romana e il mondo gallico (II sec. a.C. - I sec. d. C.) (www.ricercaitaliana.it/.../dettaglio_prin-20041085) (2004-2005).

albinia 6 copie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

albinia 7 copie

albinia 5 copie

 

L’atelier d’Albinia, dont nous avons publié jusqu’à aujourd’hui quelques rapports préliminaires, et quelques articles de synthèse, est un complexe industriel parmi les plus importants de l’Italie romaine : avec son extension d’environ 3.000 mètres carrés, et une épaisseur stratigraphique de 2,20 m., intégrée dans un contexte de port maritime, port fluvial et réseau viaire terrestre (Voie consulaire Aurelia).

 

albinia ge ne rale 2 copie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

albinia ge ne rale.1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pendant les presque deux siècles d’activité (dernières décennies du IIe s. av. J.-C. - deuxième quart du Ier s. de n. è.), il a produit plusieurs centaines de milliers, voire quelques millions d’amphores, utilisées pour transporter les vins de la plaine de l’Albegna et de l’Ager cosanus en direction des Gaules ; des vins destinées à une consommation plus ou moins élitaire, avec une intensité et une continuité variées dans les temps, dont témoignent les découvertes archéologiques dans plusieurs sites (oppida, fermes, lieux de culte) en Bourgogne.

 

albinia 4 copie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plusieurs centaines de milliers de fragments d’amphores découverts dans les oppida, les habitats des Eduens et des peuples clients et limitrophes (Sequanes, Arvernes, Lingons, Mandubiens), (Bibracte, Cabillonum, Matisco, Alesia, spécialement) confirment le lien de la Bourgogne et du Nivernais avec les régions viticoles d’Italie entourant Albinia.
D’autres domaines viticoles italiens apparaissent en réseau avec la Gaule (par exemple ceux du Latium et de la Campanie côtières) mais la région d’Albinia est largement prédominante.

 

albinia 8 copie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

albinia 9 copie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Non seulement les formes et les pâtes des amphores attestent de ce lien mais aussi les timbres amphoriques qui marquèrent la structure de la production d’Albinia et de l’ager cosanus, et que nous trouvons ponctuellement dans les lieux de consommation.
Plusieurs cargaisons jamais arrivées à destination dont témoignent de nombreuses épaves (v. Fos-sur-Mer) nous donnent l’ampleur des volumes de denrées embarquées dans les ports d’Albinia-Cosa à destination de la Gaule.

 

albinia 11 copie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parmi la masse énorme des ratés de cuisson d’Albinia, nous avons identifié un Corpus de 666 timbres amphoriques, lequel -à l’état actuel des études- constitue un des Corpora majeurs de la Méditerranéenne antique.

Le dossier « Albinia » représente un unicum et sa systématisation, son organisation et sa mise en forme pour la publication donneront un apport fort substantiel à nos connaissances d’histoire économique et sociale concernant les contacts entre le monde romain et les peuples de la Gaule avant et après la conquête.

Cette fouille, qui a eu une durée totale de 30 mois, a produit et accumulé une documentation considérable de fiches d’UF, de plans et de dessins, qui attendent une présentation définitive.
Le texte de synthèse que nous sommes en train de préparer prévoit l’analyse et l’exploitation critiques de toute la documentation accumulée.
D’autres chercheurs déjà impliqués dans le passé par les apports multidisciplinaires de leur compétence (analyses minéro- pétrographiques, sédimentologie, paléobotanique, archéozoologie, magnétométrie, épigraphistes…) seront ultérieurement concernés.

albinia 3 copie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

albinia 10 copie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux mémoires de Master ont été réalisées sous ma direction en 2013 et 2014 à l’UB- UFR Sciences Humaines, pour essayer de progresser dans le travail (M. RIOU, La production des céramiques communes de l’atelier d’Albinia, du IIe s. av. J.-C. au Ier s. après J.-C., Master MAM- HAMA).

Bibliographie essentielle :

2013- VITALI Daniele, BENQUET L., FABRY N.B., Albinia e i Galli, Colloquio Internazionale Grosseto, (CELUZZA M.G., a cura di), sous impression.

2013- VITALI Daniele (BENQUET L. - LAUBENHEIMER F.), Nouvelles données sur l’atelier d’amphores d’Albinia (Orbetello, Italie) : campagnes de fouille 2003-2006, dans Itinéraires des vins romains en Gaule. IIIè - Ier siècles avant J.-C. Confrontation de faciès, Actes du Colloque de Lattes(30 janvier- 2 février 2007) F. OLMER (éd.), MAM - HS n°5, 2013, p. 513-529

2011-2012- VITALI D, Albinia, Atlante dei siti di produzione ceramica (Toscana, Lazio, Campania e Sicilia) con le tabelle dei principali relitti del Mediterraneo occidentale con carichi dall’Italia meridionale, IV secolo a.C.- I secolo d.C., in G. OLCESE (éd.), Immensa Aequora 2, Roma 2011-2012, p. 48-54.

2007- HILL M. J., LANOS P., CHAUVIN A., VITALI D., LAUBENHEIMER F. — An archaeomagnetic investigation of a Roman amphorae workshop in Albinia (Italy). Geophysical Journal international, 2007, 169, 2, p. 471-482.

2007- CAPELLI C., CABELLA R., PIAZZA M., VITALI D. — La produzione di ceramica romana dell’atelier di Albinia (GR) : nuovi dati archeometrici. In : D’AMICO C. (éd.). — Atti del IV Congresso Nazionale di Archeometria, Pisa, 1-3 febbraio 2006. Bologna : Pàtron, 2007, p. 465-472.

2007- PIAZZA M., CABELLA R., VITALI D. — Le strutture murarie dell’atelier di ceramica romana di Albinia (GR) : considerazioni geologico-petrografiche. In : D’AMICO C. (éd.). — Atti del IV Congresso Nazionale di Archeometria, Pisa, 1-3 febbraio 2006. Bologna : Pàtron, 2007, p. 183-190.

2006- VITALI D. — VOLVS da Albinia. OCNUS, 2006, 14, p. 237-242, 7 fig., rés. en angl., bibliogr. (4 réf.).

2006- VITALI D. (éd.). — Le fornaci e le anfore di Albinia : primi dati su produzioni e scambi dalla costa tirrenica al mondo gallico : atti del seminario internazionale, Ravenna, 6-7 maggio 2006. Bologna : Università di Bologna, Dipartimento di archeologia, 2007. 206 p., ill. bibliogr. (dissém.). (Albinia 1). ISBN 88-6113-099-2 et 978-88-6113-099-9
2005- VITALI D., LAUBENHEIMER F., BENQUET L., COTTAFAVA E., CALASTRI C. — Le fornaci di Albinia (GR) e la produzione di anfore nella bassa valle dell’Albegna. In : CAMILLI A. (éd.), GUALANDI M. L. (éd.). — Materiali per Populonia. 4. Firenze : All’Insegna del Giglio, 2005, p. 259-279. (Quaderni del Dipartimento di Archeologia e Storia delle arti dell’Università di Siena ; 61).

2004- VITALI D., LAUBENHEIMER F., BENQUET L. — Albinia (prov. de Grosseto). Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 2004, p. 14 – 31.

2004- COTTAFAVA E., VITALI D. — Albinia, gli impianti produttivi. In : GUAITOLI M. T. (éd.), MARCHETTI N. (éd.), SCAGLIARINI D. (éd.). — Scoprire : scavi del Dipartimento di archeologia : catalogo della mostra, Bologna, S. Giovanni in Monte, 18 maggio-18 giugno 2004. Bologna : Ante Quem, 2004, p. 106-109. (Studi e scavi. Nuova serie ; 3).

2004- LAUBENHEIMER F., VITALI D. — Albinia, l’economia del vino : dalle produzioni alla diffusione. In : GUAITOLI M. T. (éd.), MARCHETTI N. (éd.), SCAGLIARINI D. (éd.). — Scoprire : scavi del Dipartimento di archeologia : catalogo della mostra, Bologna, S. Giovanni in Monte, 18 maggio-18 giugno 2004. Bologna : Ante Quem, 2004, p. 109-114. (Studi e scavi. Nuova serie ; 3).

1999- VITALI D. — Les sources archéologiques et historiques sur l’aristocratie de la Gaule cisalpine. In : GUICHARD V. (dir.), PERRIN F. (dir.). — L’aristocratie celte à la fin de l’Age du Fer (IIe s. avant J.-C., Ier s. après J.-C.) : table ronde, Glux-en-Glenne, 1999. Glux-en-Glenne : Centre archéologique européen du Mont Beuvray, 2002, p. 15-28, 2 fig., bibliogr. p. 27-28. (Bibracte ; 5)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CNRSfr.jpg MCC_logo.jpg Logo_inrap.gif

 

Université de Bourgogne