Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

Bandeau 1

ARTEHIS : Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés

Suivez-nous : Suivez nous sur FacebookSuivez nous sur Twitter

AGENDA

Télécharger au format iCal
Soutenance de thèse : Les traditions techniques céramiques de la vallée du Rhin supérieur entre Xe et VIIIe siècles avant J.-C. Essai d’un outil automatisé de partitionnement de chaînes opératoires (PACO), M. Philippe
Mercredi, 28 Novembre 2018,  2:00 -  5:00

Devant le jury composé de :

Stefan WIRTH   Professeur   Université Bourgogne - Franche-Comté   Directeur de thèse
Valentine ROUX   Directeur de Recherche   Centre de Recherche Français à Jérusalem   Rapporteur
Thibault LACHENAL   Chargé de Recherche   Université Paul valery   Rapporteur
Louise GOMART   Chargé de Recherche   UMR 8215 - Trajectoires   Examinateur
Fabrice MONNA   Professeur   Université de Bourgogne Franche-Comté   Examinateur
Sébastien MANEM   ERC Researcher   Université de Leyde   CoDirecteur de thèse
Résumé de la thèse en français :  

Les outils d’analyse et de modélisation manquent encore pour traiter la masse des données techniques collectées en contextes archéologiques. Une réflexion méthodologique considère conjointement les besoins des technologues dans la reconstitution de chaînes opératoires et les exigences des méthodes statistiques. Elle mène à la présentation d’une fonction de partitionnement de chaînes opératoires : PACO. Il s’agit d’un procédé automatisé sous le logiciel R, qui rend les analyses plus rigoureuses et plus rapides, mais également plus souples dans leur adaptation aux différents environnements chrono-culturels. Son fonctionnement, basé sur une règle simple, est accessible à tous.
Les intérêts de cet outil sont illustrés à partir d’un cas d’étude original. Les techniques de production céramique sont identifiées sur seize habitats et trois nécropoles de la vallée du Rhin supérieur et environs proches, entre le Xe et le VIIIe siècles av. J.-C. Les chaînes opératoires et les traditions techniques, héritées et transmises, sont reconstituées. Cela mène à un essai de représentation de réseaux d’interactions entre communautés ayant un fondement social et spatial. Les lieux et contextes de la production sont investigués à partir d’une relecture des rapports de fouille et d’une observation des pâtes céramiques. Les avantages utilitaires des différentes manières de faire et la co-représentation des traditions techniques au sein des assemblages céramiques sont enfin considérés ; cela amène à discuter la complémentarité et la concurrence des productions à l’aube de l’âge du Fer.

Lieu Amphithéâtre de la MSH de Dijon

CNRSfr.jpg MCC_logo.jpg Logo_inrap.gif

 

Université de Bourgogne