Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

Bandeau 1

ARTEHIS : Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés

BOREL Alice

Doctorante
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Axe de recherche : Dynamiques de production matérielle. Constructions, productions et circulations des biens et des objets de consommations

 

Thématiques de recherche

            Sujet de thèse :

Traces d’outils et gestes techniques sur le bois d’œuvre, en France, du XIVe au XVIe siècle.
Sous la direction de Jean-Marie Guillouët

            Résumé :

La tracéologie, discipline créée dans les années 60, se base sur l’analyse des traces d’outils comme les marques de travail, de façonnage, repérables sur les objets archéologiques. Pendant longtemps, elle fut appliquée aux artefacts préhistoriques et principalement aux silex. Peu à peu, elle s’oriente vers le lithique monumental des périodes historiques. Rapidement, ce n’est plus seulement la trace et son aspect qui étaient analysés. En effet, par le biais de la trace d’outils laissée involontairement sur un artefact, c’est tout un questionnement sur les contraintes techniques, les aspects sociologiques et ethnologiques qui se pose. La trace est alors assimilée à la signature d’un outil ainsi qu’au geste d’un artisan.

Les traces d’outils lisibles sur le bois n’ont que très peu suscitées d’intérêt. Depuis les années 80, c’est par le biais des études de charpentes menées principalement dans le nord de la France, plus récemment dans le sud, qu’elles ont été abordées ou lors d’études ponctuelles dans le cadre de fouilles. En plus de ne pas faire l’objet de recherches universitaires, la réalité du terrain n’est pas plus riche. En effet, les traces d’outils concernant le bois n’ont pas été systématiquement enregistrées contrairement à celles repérées sur la pierre. De ce fait, de nombreuses données sont régulièrement perdues, lors de travaux contemporains, faute d’un intérêt spécifique. Ce manque de données est renforcé par le nombre infime d’outils exhumés lors de fouilles, dû à la mauvaise conservation du bois et à la refonte des outils cassés.

Face à ce constat et devant le besoin de disposer d’outils sériels et de séquençages chronologiques pertinents concernant le bois, il est apparu comme nécessaire le déploiement d’une méthodologie précise. Pour cela, la mise en place d’un protocole d’enregistrement efficace et simple s’impose. Il devra être modulable afin de s’adapter dans des cas de figures simples et des conditions plus délicates. La réalisation systématique de ce protocole mêlant des techniques manuelles comme les frottis, et des techniques numériques (photogrammétries accompagnées de relevés numériques, scans) permet de documenter les apports et les inconvénients de chaque technique.

L’analyse des traces ne peut se faire sans une étude approfondie des outils retrouvés en fouilles. En parallèle, une recherche approfondie sur l’iconographie existante doit être menée. Cette documentation doit être enrichie par des comparaisons avec les sources historiques. Les deux se complète et permettent de mieux appréhender les outils, leur utilisation et les gestes. 

En parallèle, les gestes, les outils et leur utilisation seront remis dans leur contexte grâce à l’archéologie expérimentale. Elle permet de confronter les différentes techniques de travail du bois pour une période donnée par rapport aux gestes et techniques utilisés par les acteurs du chantier. Ces chantiers d’archéologie expérimentale apportent de nombreuses données notamment sur les gestes, mais également sur les outils et leur fabrication. En effet, les outils utilisés en archéologie expérimentale sont des copies conformes d’outils retrouvés en fouilles ou des essais inspirés de l’iconographie. La reproduction de ces dispositifs permet de comparer les traces retrouvées in situ et ceux restitués sur ces chantiers. Pour obtenir un référentiel pertinent et des comparaisons fiables, il convient d’appliquer le même protocole d’enregistrement que pour une pièce archéologique.

Ce référentiel, concentrant les relevés de terrain et numériques, sera complété par la constitution d’une sorte de tracéothèque. Cette dernière sera composée de bois prélevés sur site et de bois travaillés sur des chantiers expérimentaux.

L’objectif final de ce travail est bien de proposer une synthèse, sous forme de référentiel, regroupant l’ensemble des outils, utilisés pour travailler le bois, et les traces laissées par ces derniers. Il s’agirait d’un manuel, aidant à la lecture, à l’analyse et à la compréhension de ces traces. L’idée est de mettre en place une typochronologie des traces sur les bois d’œuvre et, par conséquent, une typochronologie des outils des artisans (charpentiers essentiellement). Afin de disposer d’un corpus large, représentatif et cohérent, il serait toutefois opportun de proposer une étude regroupant les traces observées sur l’ensemble du bois d’œuvre, c’est-à-dire sur l’ensemble des pièces de bois (charpente, pans de bois, plafond, plancher, etc.) mises en œuvre dans les constructions civiles et religieuses. Le cadre retenu, pour l’instant, s’étend du xive siècle à la fin du xvie siècle. Cette chronologie pourra varier afin de maintenir une chronologie cohérente et nécessitera des comparaisons avec des périodes plus anciennes et plus récentes.

            Thématique de recherche :

  • Moyen-Âge
  • Bois
  • Tracéologie


Publications


CV

Cursus universitaire :

2019 : Master archéologie-sciences pour l’archéologie, « Une implantation franciscaine hors de la ville, au XVe siècle : le couvent de Charrière. », 2 volumes, dirigé par A. Baud, maître de conférence en archéologie médiévale à l’Université Lumière Lyon II. Mention très bien.

2016 : Licence bidisciplinaire d’histoire, histoire de l’art et archéologie, Université Lumière Lyon II, Mention bien

FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES (PRÉVENTIVES ET PROGRAMMÉES)

Fouilles comme responsable d’opération

Total : 2 semaines

2018 : Châteauneuf-de-Galaure (Drôme) « le couvent de Charrière », Fouille programmée (Étude du bâti et prospections géophysiques), étude de la cave, du bassin et de la voûte du chœur de l’église, période médiévale à contemporaine ; 2 semaines ; équipe de 5 personnes Rapport déposé (Mars 2019)

Fouilles comme adjoint

Total : 16 semaines

2020 (en cours) : Montbrison (Loire), Remparts. Fouilles préventives (sédimentaire et étude de bâti) ; période médiévale à contemporaine, 6 semaines ; 3-4 personnes. Opérateur : Archeodunum SAS ; Responsable d’opération : Cécile Rivals.

2020 (en cours) : Montbrison (Loire), Hôtels particuliers de « Tournon » et de « Vaugirard ». Fouilles préventives (étude de bâti) ; période médiévale à contemporaine, 10 semaines ; 2-3 personnes. Opérateur : Archeodunum SAS ; Responsable d’opération : Émilien Bouticourt.

Fouilles comme responsable de secteur

Total : 17 semaines

2019 : Cluny (Saône-et-Loire), « chapelle mariale de l’abbaye ». Fouilles programmées (sédimentaire) – abbaye médiévale ; période médiévale à contemporaine ; 6 semaines ; 7 personnes. Organisme : Université Lumière Lyon II, Responsables : Anne Baud, Anne Flammin.

2018 : Cluny (Saône-et-Loire) « Infirmerie de l’abbaye ». Fouilles programmées (sédimentaire) – abbaye médiévale ; période médiévale à contemporaine ; 6 semaines ; 7 personnes. Organisme : Université Lumière Lyon II,   Responsables : Anne Baud, Anne Flammin.

2017 : Vienne (Isère) « Abbaye de Saint-André-le-Haut ; la salle capitulaire ». Fouilles programmées (sédimentaire) – abbaye médiévale ; période médiévale à contemporaine ; 5 semaines ; 5 personnes. Organisme : Université Lumière Lyon II, Responsables : Anne Baud, Anne Flammin, Monique Zannettacci.

Fouilles comme technicien

Total : 105 semaines

2020 : Montlozère (Lozère), « Château du Tournel ».  Fouilles préventives (étude de bâti) – Tours, logis, donjon, périodes médiévales à contemporaine ; 2 semaines ; 3 personnes ; Organisme : Archeodunum. Responsable : Cécile Rivals.

2020 : Montbrison (Loire), « Les remparts ».  Fouilles préventives (étude de bâti) – remparts, périodes médiévales à contemporaine ; 1 semaine ; 4 personnes ; Organisme : Archeodunum. Responsable : Cécile Rivals.

2020 : Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie) « Église Notre-Dame ».  Fouilles préventives (étude de bâti et relevé de charpente) – site religieux période médiévale à contemporaine ; 3 semaines ; 3 personnes ; Organisme : Archeodunum. Responsable : Jessy Crochat.

2020 : Montbard (Côte d’Or) « Orangerie de Buffon » Fouilles préventives (sédimentaire) – Orangerie et caves, période médiévale à contemporaine ; 2 semaines ; 3 personnes ; Organisme : Archeodunum. Responsable : Cécile Rivals.

2020 : Le Pin (Isère), Fouilles préventives (étude de bâti) – période moderne à contemporaine ; 1 semaine ; 2 personnes. Organisme : Archeodunum. Responsable : Camille Collomb.

2020 : Ainay-le-Vieil (Cher) « Le Logis » Fouilles préventives (étude de bâti) – période médiévale à contemporaine ; 2 semaines ; 2 personnes. Organisme : Archeodunum . Responsable : Camille Collomb.

2020 : Saint-Romain-le-Puy (Loire) « Prieuré » Fouilles préventives (étude de bâti) – site religieux, période médiévale à contemporaine ; 8 semaines ; 2 personnes. Organisme : Archeodunum. Responsable : Jessy Crochat.

2020 : Bas-et-Lezat (Puy-de-Dôme). Fouilles préventives (sédimentaire) – aire d’ensilage et cimetière, période antique et médiévale ; 6 semaines ; 15 personnes ; Organisme : INRAP. Responsable : Aurélie Savignat.

2019 : Vielmur-sur-Agoût (Tarn) « La tour des Lautrec ». Fouilles programmées (sédimentaire) – Site monastique et cimetière ; 1 semaine ; 6 personnes, Organisme : Hadès. Responsables : Mélanie Chailloux et Sélim Djouad.

2019 : Craponne (Rhône) « Aqueduc ». Fouilles programmées (étude de bâti) ; 2 semaines ; 3 personnes, Organisme : Archeodunum. Responsables : David Baldasari.

2019 : Lyon (Rhône) « Cathédrale Saint-Jean ». Fouilles programmées (étude de bâti) – Site religieux ; 3 semaines ; 2-3 personnes, Organisme : Archeodunum. Responsables : Émilien Bouticourt.

2019 : Montbard (Côte d’Or) « Parc Buffon ». Fouilles programmées (étude de bâti) ; 1 semaine ; 2 personnes, Organisme : Archeodunum. Responsables : Camille Collomb.

2019 : Sainte-Foy-Lès-Lyon (Rhône) « Église du centre ». Fouilles programmées (étude de bâti) – Site religieux-clocher ; 4 semaines ; 2 personnes, Organisme : Archeodunum. Responsables : Camille Collomb.

2018 : Cluny (Saône-et-Loire) « L’église Saint-Marcel ». Fouilles programmées (étude de bâti) – Site religieux ; 1,5 semaine ; 3 personnes, Organisme : Université Lumière Lyon II, Responsable : Clarisse Couderc.

2018 : Thonon-les-Bains (Haute-Savoie). Post-fouilles – four de potier ; 10 semaines ; Organisme : INRAP. Responsable : Christophe Landry.

2018 : Châteauneuf-de-Galaure (Drôme) « le prieuré de Charrière », Fouilles préventives - diagnostic (sédimentaire et étude du bâti), période médiévale à contemporaine ; 4 semaines ; 3 personnes, Organisme : INRAP. Responsable : Guillaume Martin

2017 : Anthy-sur-Léman (Haute-Savoie) « Rue des pêcheurs ». Fouilles préventives (sédimentaire) – habitat rural ; 10 semaines ; 6 personnes, Organisme : INRAP. Responsable : Christophe Landry.

2017 : Cluny (Saône-et-Loire) « Infirmerie de l’abbaye ». Fouilles programmées (sédimentaire) – abbaye médiévale ; période médiévale à contemporaine ; 6 semaines ; 7 personnes. Organisme : Université Lumière Lyon II,   Responsables : Anne Baud, Anne Flammin.

2017 : Cluny (Saône-et-Loire) « L’église Saint-Marcel ». Fouilles programmées (Étude de bâti) – Site religieux ; 1,5 semaine ; 3 personnes, Organisme : Université Lumière Lyon II, Responsable : Clarisse Couderc.

2017 : Savigny (Rhône) « Chapelle Saint-Léger ». Fouilles programmées (Étude de bâti) – abbaye médiévale ; XIe siècle à l’époque contemporaine ; 1 semaine ; 4 personnes. Organisme : Université Lumière Lyon II,          Responsable : Olivia Puel.

2017 : Akerentia (Crotone ; Calabre ; Italie) « Vescovado ». Fouilles programmées (sédimentaire) – Ensemble monumental ; 5 semaines ; 9 personnes. Organisme : Université de Genève-Université Lumière Lyon II,     Responsables : Aurélie Terrier, Anthropologue : Audrey Gaillard.

2017 : Belleville (Rhône) « Le domaine de Grange Rouge ». Fouilles préventives (sédimentaires) – site rural ; néolithique à moderne ; 11 semaines ; 6 personnes. Organisme : INRAP, Responsable : Sylvain Motte.

2017 : Cluses (Haute-Savoie) « Ancien couvent des franciscains ». Fouilles programmées (sédimentaire) – Poids public ; 1 semaine ; 4 personnes. Organisme : Université Lumière Lyon II, Responsable : Amélie Roger.

2017 : Cluses (Haute-Savoie) « Église Saint-Nicolas - ancien couvent des franciscains ». Fouilles programmées (Étude de bâti) – Poids public ; 1 semaine ; 4 personnes. Organisme : Université Lumière Lyon II, Responsable : Amélie Roger.

2016 : Cluny (Saône-et-Loire) « Infirmerie de l’abbaye ». Fouilles programmées (sédimentaire) – abbaye médiévale ; période médiévale à contemporaine ; 6 semaines ; 7 personnes. Organisme : Université Lumière Lyon II,   Responsables : Anne Baud, Anne Flammin.

2016 : Vielmur-sur-Agoût (Tarn) « La tour des Lautrec ». Fouilles programmées (sédimentaire) – Site monastique et cimetière ; 3 semaines ; 6 personnes, Organisme : Hadès. Responsables : Mélanie Chailloux et Sélim Djouad.

2016 : Vienne (Isère) « Abbaye de Saint-André-le-Haut ». Fouilles programmées (sédimentaire) – abbaye médiévale ; période médiévale à contemporaine ; 5 semaines ; 15 personnes. Organisme : Université Lumière Lyon II, Responsables : Anne Baud, Anne Flammin, Monique Zannettacci.

2016 : Pailharès (Ardèche) « Église ». Fouilles programmées (Étude de bâti) – Site religieux et rural ; 2 semaines ; 8 personnes, Organisme : université Lumière Lyon II. Responsables : Anne Baud et Anne Schmitt.

2015 : Vielmur-sur-Agoût (Tarn) « La tour des Lautrec ». Fouilles programmées (sédimentaire et bâti) – Site monastique et cimetière ; 3 semaines ; 6 personnes, Organisme : Hadès. Responsables : Mélanie Chailloux et Sélim Djouad.

2015 : Le Vieil Évreux (Eure) « Gisacum ». Fouilles programmées (sédimentaire) – Site religieux gallo-romain ; 3 semaines, Organisme : Mission archéologique départementale de l’Eure. Responsable : Sandrine Bertaudière.

2014 : Le Vieil Évreux (Eure) « Gisacum ». Fouilles programmées (sédimentaire) – Site religieux gallo-romain ; 4 semaines, Organisme : Mission archéologique départementale de l’Eure. Responsable : Sandrine Bertaudière.


CNRSfr.jpg MCC_logo.jpg Logo_inrap.gif

 

Université de Bourgogne