Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

Bandeau 1

ARTEHIS : Archéologie, Terre, Histoire, Sociétés

Suivez-nous : Suivez nous sur FacebookSuivez nous sur Twitter

PCR La tombe princière et le complexe funéraire monumental de Lavau « Zac du Moutot » (Aube)

Programme porté par ARTEHIS

Axe thématique d’ARTEHIS de rattachement : Ritualiser, croire et le montrer. Pratiques rituelles, religieuses et funéraires du passé

Programme de rattachement : Autour des nécropoles

Responsable : Bastien DUBUIS

Participant(s) d’ARTEHIS : François Blondel ; Claude Mordant ; Pierre Nouvel ; Rebecca Peake ; Stefan Wirth

Financements : DRAC (50000 euros)

Durée : 3 ans (2018 à 2020)

Résumé :
En 2018 commence un programme collectif de recherche de 3 ans, accueilli par l’Umr Artehis, et dont l’aboutissement vise à la publication monographique de la nécropole et de la tombe princière de Lavau, dans l’Aube. Fouillé par l’Inrap dans l’hiver 2014-2015, cet espace funéraire prend place sur la vallée de la Seine, en périphérie de Troyes. Cette opération archéologique préventive développée sur 2 ha a permis d’étudier le cœur d’un complexe funéraire monumental fondé au début du Bronze final et abandonné au cours de l’Antiquité tardive. Cette nécropole présente un état de conservation exceptionnel puisque plusieurs monuments protohistoriques sont partiellement conservés en élévation, faisant de cet ensemble un cas de référence pour l’étude et la restitution de l’architecture funéraire. La principale découverte réside dans la mise au jour d’une tombe princière et son monument, datés du Vème s. avant notre ère, dont l’importance peut être comparée à la tombe de Vix en Côte d’Or ou à celle de Hochdorf en Allemagne. Dans le cas présent, l’emprise de fouille a permis d’étudier dans son intégralité le monument princier tout en documentant avec la rigueur nécessaire les vestiges antérieurs et postérieurs, offrant à cette découverte de premier plan un contexte précis. Cette configuration exceptionnelle ouvresur de multiples problématiques (évolution des pratiques et de l’architecture funéraire en général, gestion de l’espace funéraire, etc.). La tombe elle-même est un vaste univers à explorer. Son mobilier a été confié, en été 2015, au Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF), dont les équipes poursuivent aujourd’hui l’étude et la documentation des nombreux objets découverts, en collaboration avec les archéologues de l’Inrap et différents partenaires (universitaires ou indépendants, un conservateur-restaurateur, des laboratoires spécialisés). Une publication intégrale des données tant de terrain que de laboratoire constitue une première étape incontournable de la valorisation scientifique de cette exceptionnelle découverte, que nous espérons voir aboutir à l’horizon 2021.

 

CNRSfr.jpg MCC_logo.jpg Logo_inrap.gif

 

Université de Bourgogne